jeudi 2 octobre 2008

Retour sur une semaine de folie (2)

Mardi soir

Arrivée à Shanghai (c'est ), dans le super hôtel, au pied de la célèbre Pearl Tower ou TV Tower ou Dongfang Mingzhou. Elle en jette cette tour avec ses jeux de lumières !

Par contre, trouver de quoi se remplir la panse relève du miracle dans cette partie de Shanghaï (Pudong, rive est), il est 22h et tout est fermé.

Surtout, difficile de trouver un shanghaien qui parle english… quand il veut bien parler avec vous, parce que souvent ils prennent leurs jambes à leur cou en nous voyant arriver… bizarre !

Mercredi

Salon professionnel. Rencontre de clients. L’accueil est chaleureux. Je tente quelques mots de mandarin… bon faut faire chauffer le moteur un peu. Le soir, enfin je veux dire à 18h, on file au resto… pas très faim, mais on ne se fera pas avoir comme hier soir. Repas ssinois donc florilège de plats, par et avec des ssinois ! C’est spécial, mais on trouve son compte. Et surtout on trinque Ganbei ! Ganbei ! (nous c’était à la bière… raisonnable) à deux, ou tous ensemble.

Virée nocturne avec mon boss, dans un quartier fréquenté par l’occidental de tout genre : Xin Tian Di, dans l’ancienne concession française.

Jeudi

Re-salon, et surtout le soir découverte culinaire ! Un resto magnifique haut de gamme avec vue sur la Pearl Tower. Tu sens que le ssinois, il se fait plaisir en t’invitant là. Il se fait tellement plaisir qu’il commande ses plats préférés : les pattes de poulet, avec les langues svp, sinon c’est fade ; puis les huitres cuites. Huuummmm

Je n’ai pas pu manger les pieds de poulet, sérieusement, y a rien à avaler si ce n’est de la peau puis recracher, littéralement, les os dans votre assiette. Impossible. Rien qu’à les voir j’en ai des haut-le-cœur (vous pouvez vérifier l’accord au pluriel de haut-le-cœur, c’est invariable).

Après avoir faibli devant le pied de poulet, impossible de refuser une seconde fois : mais qu’est ce que nous amène la serveuse ? Elle-même ne sait pas ce que c’est en anglais ! oui madame, oyster, ce sont des huitres. Bien cuites. La sauce m’a sauvée, ça cache le goût mais malheureusement pas la texture… bââh

Alors alors ? Vous auriez goûté vous ? je suis pas une chochotte, et depuis 15 jours je mange tous les jours des choses indéterminées, mais là c’était trop d’un coup !

J’ai encore du chemin à parcourir : regardez la liste de ce monsieur.

Le pied de poulet se révèle être un des plats favoris, à grignoter en apéritif ! Je n’ai pas réussi à trouver le cours du pied de poulet mais il a quelques articles à lire sur le Net, en anglais, sur le sujet. Des fournisseurs/Acheteurs de Chicken Feet à la pelle. En tout cas, on peut dire que grâce aux ssinois : pas de perte !

Comme le repas est fini à 20h, 1h1/2 de boulot à l’hôtel et hop on sort, cette fois ci dans un autre quartier, tout aussi fréquenté par les occidentaux… personne à l’horizon, nous sommes pourtant jeudi soir. On tente une boîte ssinoise assez marrante. Ils sont assis dans des espèces de box, en groupe d’amis et discutent. Certains jouent même aux dés ! La déco, rien à dire, c’est beau, plein de miroirs et pleins de lumière.

Vendredi

Journée seule avec le distributeur ssinois. Visite avec l’un des vendeurs dans des labos à Shanghai. Repas (ssinois bien entendu) et discussion ensuite avec le chef.

Retour à l’hôtel, boulot/dodo, puis à 22h30 je rejoins A. qui arrive de Ningbo (une ville à quelques centaines de kms au sud de Shanghai). Et on va boire un coup à Xin Tian Di !

Samedi

Ahah première journée touriste à fond ! on se ballade dans la vieille ville de Shanghai, des ruelles hallucinantes, une ambiance de petit village, le linge qui sèche partout à l’extérieur, les éviers au pas des portes, et une chose bizarre des nombres à 15 chiffres partout sur les murs… je n’ai pas encore élucidé le mystère. N° de lot ? Mais ils ont plusieurs n° sur un même mur ?


On se visite aussi le Jardin Yu, réputé pour être l’un des plus beaux de Shanghai. Des rochers tordus, des sentiers qui vous mènent on ne sait où et des pavillons ornés de dragons. La surface n’est pas immense (2ha) mais la succession d’ambiances vous donne une impression de grandeur.

Le soir, resto thaï, puis massage…. Aaaahhhh enfin ! une très bonne adresse, le lieu est propre, ambiance feutrée, tout beau tout neuf, ça sent bon, éclairage bougie. On fournit le petit pyjama pour le massage.

C’était très agréable mais costaud et pas cher (une heure de massage traditionnel ssinois pour 78RMB = 7 €). Par contre aïe aïe aïe le dos… il paraît que c’est normal, les premières fois.

Dimanche

Ballade dans l'ancienne concession française. Pas vraiment d’ambiance dans ce quartier à mon goût mais bien sûr je n’ai pas eu le temps de tout voir ! On nous parle du Shanghai des années folles.. mais on ne le ressent pasUne visite intéressante à faire : la maison de Soong Qing Lin, femme de Sun Yat Sen. Une femme (ainsi que ces deux sœurs) au destin incroyable. Ma prochaine lecture lui sera consacrée (dès que je trouve le livre) (au passage, merci L. j’ai attaqué Dans la brume électrique avec les morts confédérés, mais j’ai peur de le lire le soir et de faire des cauchemars !)

Et hop, avion retour pour Hong Kong.


Ps : oui je sais toujours pas de photos... si vous voulez vous pouvez m'envoyer un appareil jetable! avec un camembert et du pain et un sac de patates.

2 commentaires:

Marc a dit…

Coucou !

Impressionnant tout ça, j'espère que tu as fait des photos !

Sinon, pour parler un ptit peu des concessions de Shangaï, tu peux lire "La Condition humaine" Malraux (prix Goncourt 1933). Ca donne des ptites infos sur l'état d'esprit de l'époque.

Continue ton blog !!!

Bises,

M.

Elina a dit…

Merci Marc, effectivement, il était sur ma liste, après Soong Ching Lin!

 
Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs